Danza, recensioni — 06/04/2019 14:36

Grand Théâtre de Genève: “Bella Figura, Petite Mort, Glory”. La danza internazionale

Share

RUMOR(S)CENA – BELLA FIGURA – PETITE MORT – GLORY – GINEVRA – La compagnia del Grand Théâtre de Genève ha trionfato con il programma Entre Réel & Illusion Théâtrale che ha affiancato due coreografie di Jiří Kylián, Bella Figura e Petite Mort; e Glory del greco Andonis Foniadakis. Jiří Kylián di nazionalità ceca dimostra di essere uno dei più prolifici e inventivi coreografi del nostro tempo. Il suo stile è una ricerca continua per indagare e superare i limiti e le capacità dello spazio e la flessibilità del corpo dove dimostra quanto sia fondamentale il movimento, interpretato liberamente secondo uno stile solido, una danza pura caricata di emozioni. La prima coreografia Bella Figura è stata creata nel 1995 per il Nederlands Dans Theatre I: nonostante siano trascorsi più di vent’anni dalla sua ideazione è considerata una pietra miliare artistica nell’opera di Jiří Kylián ed è ancora attuale ed emozionante. Come ha spiegato il coreografo, il titolo e il motivo ispiratore della creazione sta a significare «bel corpo e mantenere le apparenze». Bella Figura sulle note di un collage di musica rinascimentale e barocca ci porta tra sogno e realtà, i ballerini sembrano contravvenire alla legge di gravità, incarnano grazia e movimento, mistero e sorpresa. E’ una coreografia astratta e varia, più che mai ispirata dalla musica, dove i danzatori e le danzatrici indossavano solo gonne rosse fluttuanti per sembrare sacerdoti e sacerdotesse. Kylian citando Michelangelo in grado di liberare le sue sculture dal marmo superfluo in cui erano contenute, spiega come lui liberi dalle sovrastrutture accademiche i corpi con cui lavora – i suoi ballerini – sempre più atletici e versatili, e mette in luce le loro potenzialità espressive con piena libertà creativa, non costretto da vincoli di tecnica.

 

Bella Figura

 

La seconda coreografia Petite Mort è stata composta per il Salzburg Festival del 1991 dedicato al bicentenario dalla morte di Mozart. Il corpo di ballo è formato da sei uomini, sei donne e sei fioretti, che hanno la funzione di essere veri partner danzanti. Le coreografie su musica di Wolfgang Amadeus Mozart: i concerti per pianoforte e orchestra K488 (Adagio) e K467 (Andante). I danzatori di spalle indietreggiano lenti verso il pubblico tenendo sopra la testa un fioretto da scherma. I fioretti fendono l’aria con un sibilo acuto. Un’onda di seta nera copre il palcoscenico e nel ritirarsi svela distese a terra sei donne. L’ambientazione è neutra: una serie di passi a due appena accennati, teneri, violenti, dolci, scherzosi disegna una summa di emozioni dettati dal desiderio sessuale, come i sei uomini che poco prima giocano con le loro armi. Sulla scena si vedono scivolare un gruppo di ragazze che sembrano indossare crinoline di abiti scuri settecenteschi. I costumi retti da manichini invisibili sono come maschere vuote e bellissime, quasi fossero stati mutilati lontano dalle ballerine. È un balletto in cui sensibilità classica e modernità si fondono e gli splendidi movimenti lenti fungono da contrappunto alla musica di Mozart affascinando con fluido susseguirsi di passi a due dalle diverse tonalità lirici e appassionati.

Petite Mort

Glory, del coreografo greco Andonis Foniadakis, direttore dell’ Apotosoma Dance Company che porta anche il suo nome, fondata nel 2003 a Lione. È nato e cresciuto a Ierapetra sull’isola di Creta. Dopo gli studi alla National School of Dance di Atene ha collaborato con Béjart e danzato sotto la guida dei più grandi coreografi contemporanei. Su una selezione di opere vocali e strumentali di George Frideric Haendel, che Julian Tarride ha intessuto in un arazzo sonoro per questa coreografia, i ballerini prendono il volo e percorrono onde infinite di lirismo espansivo. In Glory i fasci di luce sono fondamentali, irradiano disegnando schemi sempre mutevoli e creano effetti chiaroscurali interessanti, illuminando i ballerini da tutti i lati per evocare la luce del sole che si riversa nell’oscurità di antiche cattedrali. Andonis crea masse di movimento da far sembrare che ci siano più di venti ballerini sul palco, con virtuosismo disinibito, in modo diretto ed estroverso. Richiami a Marta Graham si alternano a gruppi di corpi che sembrano annodati. Questo lavoro è fisicamente impegnativo e non si può negare un po’ di ripetitività nella coreografia. Un certo fascino coglie il pubblico mentre si configura un precario equilibrio tra ordine e caos sul palcoscenico. Il momento più eclatante del balletto vede una donna paracadutata da un lungo mantello di seta nera, che pare tenuta in movimento da uomini vestiti di nero che usando aste di metallo per gestire il lungo manto. Forse è un lavoro un po’ troppo lungo, anche se sorretto dalla forza teatrale dei ballerini combinata alla bellezza della musica.

Glory

Visto al Grand Théâtre de Genève il 29 marzo 2019


Au Grand Théâtre de Genève, la compagnie de danse du théâtre a triomphé avec un programme combinant deux chorégraphies de Kylián, Bella Figura et Petite Mort, et une chorégraphie du chorégraphe grec Andonis Foniadakis, Glory.
Jiří Kylián est un chorégraphe tchèque qui se consacre à la chorégraphie depuis 1970 et s’est révélé être l’un des chorégraphes les plus prolifiques et les plus inventifs de notre époque. Son style est une recherche continue pour explorer et dépasser les limites et les capacités de l’espace et la flexibilité du corps. Pour Kylian, le mouvement est fondamental, interprété librement selon un style solide, une danse pure chargée d’émotions.
La première chorégraphie, Bella Figura, a été créée en 1995 pour le Nederlands Dans Theater I mais, malgré plus de vingt ans de sa conception, elle est considérée comme une étape artistique dans le travail de Jiří Kylián et est toujours actuelle et passionnante. Comme le chorégraphe l’a expliqué à plusieurs reprises, le titre et le motif inspirant de cette chorégraphie signifient à la fois “corps magnifique” et “maintenir les apparences”. Bella Figura sur les notes d’un collage de musique de la Renaissance et du baroque nous emmène entre rêve et réalité , les danseurs semblent contrevenir à la loi de la gravité, incarner la grâce et le mouvement, le mystère et la surprise. C’est une chorégraphie abstraite et variée, plus que jamais inspirée par la musique, comme quand les danseurs, hommes et femmes, ne portaient que des jupes rouges fluctuantes et ressemblaient à des prêtres et à des prêtresses. Kylian a expliqué que, comme Michelangelo a sorti ses sculptures du marbre superflu dans lequel elles étaient contenues, il libère des superstructures académiques les corps avec lesquels il travaille – ses danseurs – de plus en plus athlétiques et polyvalents, et met en avant leur potentiel expressif avec une liberté de création totale, non contrainte par des contraintes techniques.

La deuxième chorégraphie de la soirée, Petite Mort, a été composée pour le Festival de Salzbourg 1991, dédié au bicentenaire de la mort de Mozart. Le corps de ballet est composé de six hommes et six femmes et six épées, qui sont de vrais partenaires de danse. Les chorégraphies sont sur une musique de Wolfgang Amadeus Mozart, les concertos pour piano et orchestre K488 (Adagio) et K467 (Andante). Les six hommes, par derrière, se dirigent lentement vers le public en tenant une épée au-dessus de leurs têtes. Les épées fendent l’air avec un sifflement aigu. Une vague de soie noire recouvre la scène et, en retraite, révèle six femmes gisant sur le sol. La mise en scène est neutre; une série de pas de deux à peine esquissés, tendres, violents, doux, enjoués dessinent un condensé d’émotions dictées par le désir sexuel, de la même manière que les six hommes qui jouent avec leurs armes. Puis sur la scène, un groupe de filles glisse, semblant porter des crinolines en costume sombre du XVIIIe siècle. Les costumes, tenus par des mannequins invisibles, sont comme des masques qui, vides et beaux, semblent mutilés danseuses.C’est un ballet où la sensibilité classique et la modernité se confondent, dans lesquels de splendides mouvements lents agissent comme un contrepoint à la musique de Mozart et fascinent par une succession fluide des pas en deux de tonalités différentes, à la fois lyriques, à la fois passionnés.
Clôture de la soirée Glory par le chorégraphe grec Andonis Foniadakis, directeur de la compagnie Andonis Foniadakis / Apotosoma Dance. Foniadakis est né et a grandi à Ierapetra, en Crète. Après ses études à l’École Nationale de Danse d’Athènes, il collabore avec Béjart et danse sous la direction des plus grands chorégraphes contemporains. En 2003, il fonde sa compagnie de danse, Apotosoma, basée à Lyon.

Sur une sélection d’œuvres vocales et instrumentales de George Frideric Haendel, que Julian Tarride a tissées pour en faire une bande-son pour cette chorégraphie, les danseurs s’envolent et parcourent des vagues infinies de lyrisme expansif. La direction des lumières est fondamentale dans GLORY: les faisceaux de lumière qui rayonnent dessinent des motifs en perpétuelle évolution et créent d’intéressants effets de clair-obscur, éclairant les danseurs de tous les côtés et évoquant la lumière du soleil qui se déverse dans les ténèbres des cathédrales anciennes. Andonis crée des masses de mouvements qui font croire qu’il y a plus de vingt danseurs sur scène, avec une virtuosité sans faille, de manière directe et extravertie. Les références à Marta Graham alternent avec des groupes de corps qui semblent être noués. Ce travail est physiquement exigeant et on ne peut nier un peu de répétition dans la chorégraphie. Un certain charme capture le public alors qu’un équilibre précaire est établi entre ordre et chaos sur la scène. Le moment le plus marquant du ballet est celui d’une femme parachutée par un long manteau de soie noire, qui semble être maintenue en mouvement par des hommes vêtus de noir utilisant des tiges de métal pour gérer le long manteau. Peut-être que c’est un travail un peu long, même s’il est soutenu par la force théâtrale des danseurs et la beauté de la musique.

Share
Tags: